Sophie  Rambert  Dessin


Dessins

L'ineffacé

Sans nom

Chute

Chute prélude

Mélancolie

Gravures

Impression

Aphrodite vulgaire

Interlude

Fil

 

Actualités

Biographie

Presse / Publications

Regards critiques

Contact

Liens  

    


    CV à télécharger ici  cv-2015.pdf

     Le dessin

Si chez d'autres la matière de la peinture me touche, j'aime l'économie de moyens, le caractère précaire et essentiel, irrémédiable aussi, du dessin, et en premier lieu le trait nu, la ligne, fragile, déliée ou à l'inverse sèche et tranchante.

Aussi, si j'ai d'abord travaillé à l'encre, j'ai finalement abandonné couleurs, déformations, coulures, pour atteindre avec la pierre noire un traitement plus analytique qu'expressif, une nudité crue et peut-être aussi une écriture plus personnelle, moins empreinte de l'héritage des peintures et dessins qui m'ont marquée, ceux de Marlène Dumas, Francis Bacon et Egon Schiele en particulier.

    Le corps - une dialectique du désir

Le corps, 'la simple chair et peau dans laquelle nous habitons'. Plus que viande, le corps est peau, dans ses plis s'inscrit son histoire.
Le corps, ce qu'il y a de plus universel en même temps que de plus singulier, de plus familier et intime en même temps que de toujours étranger.
Le corps de l'autre : nu et opaque, expérience de ce qui reste, même dans le plus intime, le plus nu, le plus su croit-on, inépuisable, insaisissable, inappropriable.
Le corps qui dans sa vulnérabilité et sa force, est la figure oxymorique des ambivalences partagées, celle du désir, celle des sexes.

Jouant des contrastes entre un trait acéré et le velouté des surfaces, c'est à ce corps vivant, riche de contraires, que je veux renvoyer celui qui regarde comme pour le ramener à sa propre étrangeté.
Un corps 'sorti de son ordre attendu, décentré, renversé', en suspens dans l'éternité blanche d'un décor absent
.

Le corps est nu, isolé sur la surface nue de la feuille, vide d'où le corps émerge et qu'il met provisoirement en échec. C'est un corps sans lieu ni temps, dépouillé de tout vêtement, contexte, narration, réduit à sa condition de corps, nu et regardé.

Car si le corps figure seul, il est toujours déjà pris dans le regard d'un autre, un regard dont l'absence ici appelle un spectateur. Ainsi, il ne s'agit pas d'un corps fermé sur lui-même, mais d'un corps pris entre intériorité et extériorité, sous le regard d'un autre. Corps désirant et désiré, qui s'offre et se dérobe, tendu dans son abandon même. Corps qui toujours résiste, glorieux et indocile.  
Aucune exaltation ici d'un corps souffrant, mais l'expression d'une vitalité féroce, à la fois fragile et tenace.  

Enfin, il ne peut être question du corps dans mon travail sans qu'il y soit aussi question du mien.
Mon corps est le lieu premier d'élaboration des poses, un terrain d'expérimentation dont je peux repousser les limites. Il est pour mon travail un matériau disponible et dont j'use, non dans une recherche identitaire de représentation d'un moi, l'autoportrait n'est pas le propos de mon dessin, mais comme matrice, moyen de dessiner de l'intérieur , d'éprouver la pose dans sa justesse
C'est à partir de ma singularité, et non en tant que Femme, que j'appréhende le corps et notamment le féminin, néanmoins cette singularité est nécessairement, et quelque soit ce que ce terme recouvre, celle d'une femme. Ainsi, on me renvoie souvent que mes corps sont androgynes, c'est alors, je crois, seulement qu'ils rompent avec les représentations transparentes et binaires, encore attendues et du féminin (Corps passif et fragile. Corps maternel, doux et plein. Corps de l'amante, offert et exclusivement objet du désir sexuel) et du masculin (Corps également pris dans des constructions genrées, antonyme du féminin, ou Corps de l'Homme, ce masculin universel).


    Expositions

2017
Parcours de l'Art - Avignon
Passage à l'Art  
- Cherbourg-Octeville

2016
Parisartistes
- Paris
Ar
tcurial Art for Autism - Château Saint-Jean de Beauregard - Saint-Jean-de-Beauregard
Le dessin dans tous ses états !
- Château des Bouillants - Dammarie-les-Lys

2015
« Luxembourg Art Prize » - Galerie Hervé Lancelin - Luxembourg
« Challenge Le Bonheur » - Galerie Egregore - Marmande
MIAC Puls'Art - Le Mans
Drawing here - Galerie Schwab Beaubourg - Paris
4e Zoom - L'Arrivage - Commissaire d'exposition Christian Noorbergen - Troyes

2014
Macparis - Paris
Les Quinconces - Le Mans

2013
Les hivernales - Espace Christian Noorbergen - Montreuil
Art on paper avec la galerie Graphem - Bruxelles - Belgique
D : Dessin avec la galerie Graphem - Paris
« Du chat de Steinlen à la force expressionniste de Sophie Rambert » - Galerie Roussard - Paris

2012
Macparis - Paris
Artcité - Fontenay-sous-Bois
MIAC Puls'Art - Le Mans - Acquisition musée de Téssé Ville du Mans

2011 
Festival international de peinture - La Ferté Bernard - 3 ème prix de dessin
Galerie L'Atelier d'Icare - Le Mans

Exposition personnelle - Office du tourisme - Le Mans

2010
« Magie du dessin » - Galerie Anne Cros - Pézenas
Galerie Besnier - Le Mans 

ARTNIM - Nîme - 3 ème prix de dessin
Exposition personnelle - Les Cinéastes - Le Mans
Exposition personnelle - MJC Prévert - Le Mans
« Sur les pas des artistes » St Mars la Brière
Exposition personnelle - Café Berlin - Le Mans

2009
Marché d'art - Le Mans 
« Rue des créateur »- Le Mans

    Prix

2015
Finaliste du Luxembourg Art Prize

Finaliste du Challenge Egregore
2013
Toile d'or FNCF
2011
3ème prix de dessin, Festival international de peinture, La Ferté Bernard
2010
3ème prix de dessin, Art Nîm Foire d'Art Contemporain Méditerranée, Nîmes

    Collection publique

2012
Acquisition musée de Tessé, Ville du Mans


    Publications

2014
« Hold your own »Kate Tempest, Picador Editions
2013
« Le Poteau rose », Ivar Ch'Vavar et Stéphane Batsal,  Editions Le corridor bleu
Le Contre Annuaire Art/02
- 11-13 Editions
Vivre l'Art Magazine -  Editions le livre d'art
2010
« ré pon nou » - Editions le corridor bleu

    Presse

2016
« 100 artistes d'aujourd'hui... et de demain», Hors-série n°2, Miroir de l'Art
2015
Miroir de l'art n°62
2014
« Le dessin nouveau est arrivé », Artension n°124
« Le dessin contemporain », 
Miroir de l'art n°52

201